TVLowCost, l'agence TV conseil en publicité télé économique

L'Agence TV Low Cost spécialisée publicité TV

Il y a une vraie alternative à la « dictature du PRIME TIME ». TVLowCost, l’agence TV économique le démontre chaque jour.

leave a comment »

TVLOWCOST DENONCE LA DICTATURE DU PRIME TIME

Ca y est ! Votre film publicitaire est, enfin, prêt à être diffusé. Bien entendu, depuis des semaines vous travaillez avec votre équipe média sur le plan le plus opportun pour le diffuser. Gageons que, tout naturellement, vos discussions et choix se soient portés vers l’utilisation maximale d’écrans de « Prime Time » (à partir de 18h50 jusqu’à 22h40 ) car c’est évidemment comme cela que vous allez pouvoir toucher le plus grand nombre de téléspectateurs appartenant à votre coeur de cible. Bien sûr, le budget nécessaire pour être diffusé dans ces écrans vous paraît très élevé, mais les audiences sont tellement massives, les GRP si nombreux que, petit à petit, vous vous convainquez vous-même qu’il n’y a pas d’autre solution…  « faut casser sa tirelire » et y aller !

Arrêtons-nous un instant, voulez-vous ? Et réfléchissons ensemble.

Vous êtes-vous déjà demandé à quel moment, personnellement, vous vous sentiez le plus réceptif pour recevoir un message publicitaire présentant un nouveau produit, service ou une nouvelle cause ? A quel moment vous seriez le plus à même de tirer profit de cette information pour vous rendre compte du réel intérêt que cela représente pour vous ? Nous allons vous dire une chose, qu’il est politiquement « incorrect » d’évoquer dans le milieu publicitaire et encore plus auprès des régies des chaînes de TV…ce qui est certain, c’est que ça n’est probablement pas en fin de journée, dans ce que l’on appelle le « prime time »! Sûrement pas au moment où vous vous reposez d’une journée de travail ou d’activité et que ce à quoi vous aspirez c’est de vous détendre ou de vous informer sur l’actualité. Vous êtes, à ce moment là, focalisé sur le programme TV que vous êtes venu regarder, c’est votre motivation essentielle. Les écrans de publicité auxquels vous êtes soumis vous donnent souvent l’impression d’être interminables (et d’ailleurs, certains « tunnels » de pub le sont : 6.30’ de durée… permettant de diffuser jusqu’à 25 à 30 spots différents, en coupure du film ou du programme de variétés vers 22h) pendant que vous attendez la suite du programme. Prenons l’exemple concret d’un écran diffusé lors d’une émission de « Télé Réalité » sur M6 en Septembre dernier. Ce soir là, la coupure n’a duré « que » 5,52 minutes et a permis de diffuser la bagatelle de …21 spots différents ! Bon courage, amis annonceurs petits ou moyens, pour être certains de l’impact de votre spot perdu au beau milieu de cette surenchère de sollicitations. Sans compter que l’écrasante majorité des annonceurs en présence dans cet écran font partie des « Poids Lourds » présents quasiment 365 jours par an en TV. Car, enfin, il faut aussi ramener les choses à leur place : le consommateur de TV est d’abord là pour regarder les émissions ou les films, pas pour regarder les publicités, (n’en déplaise à l’ego surdimensionné de certains publicitaires). Ne tombons pas dans l’ illusion qui consisterait à croire que la publicité est un « art » qui passionne le consommateur. Au mieux c’est un divertissement (pour les enfants, en particulier) au pire c’est un « mal nécessaire » qui nous est imposé. Pour calmer l’enthousiasme ou la mégalomanie plus ou moins rampante de certains, rappelons-nous le sondage consacré à l’opinion des français sur la publicité, réalisé par TNS Sofres auprès d’un échantillon de 1000 personnes, représentatif de la population française. 36% de nos concitoyens indiquent être très opposés et plutôt opposés à la publicité en général auquel il convient de rajouter 20% de personnes indifférentes. Pas brillant, n’est ce pas ? Vous êtes de plus en plus nombreux à être furieux des coupures publicitaires au milieu des programmes du soir qui vous font perdre le fil et rallongent interminablement certaines émissions jusqu’à fort tard dans la nuit, au risque de vous décourager, car « demain vous travaillez »… D’ailleurs, n’est-il pas frappant de constater que les émissions les plus « intéressantes » ou « culturelles » sont programmées en deuxième partie de soirée quasiment systématiquement ? Inutile de préciser que c’est alors souvent l’occasion de zapper et d’aller jeter un œil sur les autres chaînes ou de se lever regarder dans le frigo ou les placards de la cuisine s’il ne reste pas un petit truc sympa… La publicité va bien sûr trouver à ce moment là des millions de téléspectateurs en face de leur écran. Cela ne fait aucun doute, ce qui selon nous, fait doute, c’est la « disponibilité » d’esprit de ces mêmes téléspectateurs pour s’intéresser à un message publicitaire et leur capacité à se souvenir de tel ou tel spot alors qu’en une soirée, le public va être en moyenne exposé à plus de …100 spots publicitaires ! Il faut être rudement créatif, présenter un sujet vraiment novateur ou avoir beaucoup, beaucoup de budget pour avoir une chance de « faire le trou » dans cette surenchère ! Bref, être un « Poids Lourd » tels l’Oréal, Danone, Orange etc. Soyons clairs. Nous n’avons rien contre le Prime Time en tant que tel (et nous l’utilisons pour de nombreux clients, mais sous certaines conditions et pour des objectifs bien précis). Pour les annonceurs qui cherchent à toucher la masse des consommateurs français de tous âges et niveaux sociaux, l’utilisation de ces écrans « rouleaux compresseurs » se justifie parfaitement, à condition, bien sûr, d’avoir les « reins solides » financièrement pour monter sur le RING des « Poids Lourds » mondiaux qui l’occupent 12 mois sur 12. Ce que nous chiffrons à un minimum de 1, 5 Million d’euros par vague, étant entendu qu’il faut au moins faire 3 vagues par an… Mais si c’est pour y monter une quinzaine ou une vingtaine de fois en deux semaines puis se taire jusqu’au semestre suivant parce qu’on a pas le « souffle » (enfin, le budget) pour tenir, alors il vaut certainement mieux s’abstenir de dépenser autant d’argent et être « plus malin » ! Le « Poids Plume » a beau avoir le meilleur « uppercut du droit » (c’est à dire le film le plus efficace) il doit avoir conscience que la trace mémorielle qu’il va laisser dans le cerveau des consommateurs est aussi fonction du nombre de fois où il va leur rappeler son existence ! Il est temps, compte tenue de la surenchère publicitaire insoutenable du Prime Time, d’adopter une stratégie média de BON SENS pour l’immense majorité des annonceurs qui ne disposent pas de dizaines de millions d’euros de budget. Adopter la « LOW COST ATTITUDE » c’est ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :