TVLowCost, l'agence TV conseil en publicité télé économique

L'Agence TV Low Cost spécialisée publicité TV

Posts Tagged ‘cost killer

Face à une publicité télévision chère, une seule solution efficace : faire appel au « REDUCTEUR DE COUTS TV »!

leave a comment »

tvlc

Notre expertise de « Réducteur de Coûts » de TVLowCost est, plus que jamais stratégique pour les annonceurs télévision.

Quand le paysage audiovisuel change, la justification de travailler avec une agence de publicité spécialiste de la TV économique est plus importante que jamais. Avec la suppression, dans un an, de la publicité sur les chaînes de télévision publique, avec la montée en puissance des “autres chaînes” (TNT, cable, satellite), avec le renchérissement prévisible des tarifs sur les grandes chaînes privées en 2009, il est essentiel pour un annonceur d’avoir à ses côtés TVLowCost, l’agence TV spécialisée dans le média roi! Car, plus que jamais, il va falloir faire preuve d’une connaissance approfondie des chaînes TV, de leurs bons et moins bons créneaux pour défendre les marques en évitant de leur faire payer des tarifs exhorbitants pour des audiences pas forcément aussi qualitatives qu’on voudrait le dire! Attention, TF1, M6 sont d’excellents supports pour les marques. En aucun cas nous ne dirons du mal de ces chaînes privées hertziennes qui ont démontré leur efficacité! Mais les acheter “à l’aveugle” comme beaucoup d’annonceurs, mal conseillés, le font, c’est dilapider des budgets marketing à un moment où la situation économique des marques et de plus en plus “challengée”!
Notre approche économique de la publicité télévision, tant sur le plan des stratégies de médiaplanning que sur la méthode d’achat des écrans TV. Notre conception créative qui privilégie le fond des arguments produits et non seulement la forme. Notre puissance d’achat en production de spots, tout cela permet aux annonceurs TV de fortement économiser par rapport à ce qu’ils dépensent avec des agences traditionnelles “high cost”.
Et puis, être un spécialiste de la publicité TV, c’est aussi avoir une expertise TV incomparable par rapport à des agences généralistes qui réalisent “quelques campagnes TV” par an. Rappelons ici qu’une agence moyennes produit entre 5 à 15 campagnes TV par an, quand TVLowCost, en a produit 450 sur les trois dernières années pour 52 clients TV différents! Nous ne sommes pas devenus les 1ers acheteurs de spots TV économiques par hasard. C’est que les annonceurs ont besoin en face d’eux de spécialistes qui maîtrisent parfaitement la publicité télévision. Pour aller sur le média le plus “cher et complexe”, mieux vaut y aller avec des gens qui adoptent la “low cost attitude” plutôt qu’avec des publicitaires ou des agences médias qui ne rêvent que de Prime Time et de films de publicité faits pour gagner des Lions d’Or au Festival de Cannes!
Oui, vraiment, vous n’avez jamais eu autant besoin de travailler avec l’agence TV spécialiste de la pub TV “économique”!

Publicités

2008 sera une année formidablement économique en pub TV…Pour les annonceurs TV qui veulent acheter « malin »!

leave a comment »

 malin avec TVLowCost

Comment se présentent les choses pour la publicité télévision, compte tenu du « BIG BANG » initié par le Président Sarkozy avec la suppression de la publicité sur les chaînes de TV publiques ? C’est la question que tous les annonceurs se posent en ce début 2008…

A ce jour, les seules choses qui semblent à peu près établies c’est qu’il est probable que cette mesure démarre en janvier 2009 et que le sponsoring et parrainage soient maintenus (voire assouplis avec la visualisation possible du produit sponsor). Des doutes subsistent sur l’arrêt total ou non de la publicité régionale sur les écrans locaux de F3.

Que penser des conséquences pour les annonceurs à partir de 2009 ?
Evidemment, il est à prévoir une augmentation des coûts de l’achat d’espace télévisuel. La raréfaction de l’offre (moins d’espace publicitaire disponible) et l’ajout d’éventuelles taxes nécessaires à financer France Télévision vont y concourir. Notre estimation (sous réserve) est que les tarifs devraient augmenter de 10%, voire plus sur certaines périodes dites pleines ou encombrées. Les autres chaînes de la TNT et du câble et satellite devraient augmenter aussi, mais modérément, compte tenu de leurs audiences encore relatives (bien qu’en très forte croissance).

Conséquence : en 2009, nous évaluons le coût de notre « Pack TV Low Cost tout compris » à 350 000 € par rapport à un coût actuel de 250 000€ pour des performances comparables en GRP (à affiner en fonction des cibles), quant à notre « Pack TV  NO Cost » de janvier et d’été, actuellement commercialisé aux alentours de 120 000 €, il devrait se situer aux alentours de 200 000€ en 2009… ce qui restera ultra-compétitif sur le marché.

Dans tous les cas, notre approche exclusive de « REDUCTEUR DE COUTS » sera plus que jamais cruciale pour acheter « MALIN » en télévision !

Et 2008, alors ? Une formidable année pour aller sur les TV hertziennes, en étant « Malins & Opportunistes »
Nous pouvons, d’ores et déjà, vous promettre une année… très économique!
Plusieurs raisons à cela :
– Ralentissement fort des investissements des organismes bancaires et financiers (crise des Subprimes…)
– Pas de grande « actualité » télécom cette année (Peu d’investissements des 118…),
– Une « ruée moins hystérique sur la télé » de la Grande Distribution, à comparer à 2007 année de « l’ouverture TV » pour elles !

2008, de ce fait, s’annonce comme une OCCASION EXCEPTIONNELLE pour réaliser de très belles vagues TV à des coûts particulièrement attractifs et l’occasion de faire émerger votre marque dans un encombrement publicitaire moindre pour toutes les raisons ci-dessus…Plus que jamais, travailler avec l’agence TV spécialiste de la publicité économique, va permettre aux marques de « retrouver du pouvoir d’achat marketing« !

Le dernier baromètre IPSOS Media-SNPTV 2007: les chiffres qui démontrent que le tandem « Pub TV+Internet » a de l’avenir!

leave a comment »

tv + web

4ème Baromètre IPSOS Media-SNPTV 2007 : « L’image de la télévision et de la publicité télévisée en France »
1007 personnes interviewées entre le 14 et 16 septembre 2007. (présentation résultats du mardi 15 janvier 2008)

Cette nouvelle étude démontre l’écrasante suprématie de la TV sur tous les items importants et l’extraordinaire montée de l’Internet dans la vie quotidienne des français.
Il est limpide que le « tandem TV + WEB » va devenir la clef de réussite des communications de marques à l’avenir.

Les informations clefs (extraits):

A / L’attachement aux médias : « Si demain, l’un des médias suivants disparaissait, quel est celui qui vous manquerait le plus » ?
En 1er la TV : 41%
En 2 le Web : 21%
En 3 la radio : 17%
En 4 la Presse Quot : 12%
En 5 le cinéma : 5%
En 6 la Presse Mag : 2%
En 7 l’affichage : 2%

La TV bénéficie d’un score du double du suivant. A remarquer surtout, la « Formidable poussée » de Internet qui supplante la radio et la presse, désormais !
Internet, comme la TV, sont devenus « indispensables » dans la vie quotidienne de nos concitoyens !
A noter aussi, les scores catastrophiques de la presse magazine et de l’affichage sur ce critère essentiel.

B / Le média qui rassemble le mieux la famille :

En 1er la TV : 71%
En 2 le cinéma : 8 %
En 3 le Web : 7 %

C / Le média le plus proche de vous :

En 1er la TV : 44 %
En 2 le Web: 21 %
En 3 la radio : 20 %

D / Image de la publicité : « la plus créative » :

En 1er la TV : 56 %
En 2 le Web: 15 %
En 3 la presse: 8 %

E / Image de la publicité : « la plus démonstrative » :

En 1er la TV : 69 %
En 2 le Web: 9 %
En 3 la presse: 7 %

F / Image de la publicité : « la plus convaincante » :

En 1er la TV : 54 %
En 2 la presse: 15 %
En 3 le Web: 5 %

G/ Image de la publicité : « la plus informative » :

En 1er la TV : 41 %
En 2 la presse: 23 %
En 3 le Web: 13 %

G/ Image de la publicité : « la plus variée » :

En 1er la TV : 56 %
En 2 le Web: 16 %
En 3 la presse: 12 %

H/ « Aide le mieux à faire connaître marques et produits » :

En 1er la TV : 52 %
En 2 la presse: 20 %
En 3 le Web: 14 %

I/ « Donne le plus envie de découvrir marques et produits » :

En 1er la TV : 49 %
En 2 la presse: 19 %
En 3 le Web: 11 %

J/ « Permet d’être le plus au courant des nouveaux produits » :

En 1er la TV : 55 %
En 2 la presse: 18 %
En 3 le Web: 16 %

K/ « Si vous étiez un industriel, quel média choisiriez-vous pour promouvoir votre marque » :

la TV : 78 %
le Web: 38 %
la presse mag 25%

La publicité télévision va changer. Pour économiser sur votre budget Marketing, rien de tel qu’un bon « économe » à vos côtés : l’agence TV Low Cost, bien sûr !

leave a comment »

econome-photo-pour-web.jpg

“L’économe de vos budgets de com”: des séminaires pour comprendre les évolutions de la pub TV et faire les bons choix économiques!
Pour participer à nos séminaires, cliquez ici

Les lowcosteurs: du statut de « pestiféré » à celui de « à la mode »!

leave a comment »

low cost devient tendance

Comment ne pas en être frappé? Il y a quelque temps encore, les lowcosteurs sentaient le « souffre », nous étions suspectés de « mauvaise qualité », de « casseurs de prix » et de tant d’autres « vilénies » … Aujourd’hui, nous sommes en train de devenir « trendy », « tendance », à la mode, quoi! Tant mieux, c’est un hommage pour chacun de nous qui avons subi tant de critiques dans nos marchés respectifs pendant des années. Pourquoi tant de haine, hier ? Pourquoi tant de succès, aujourd’hui ? Je crois que le succès vient saluer la performance exceptionnelle de nombreux acteurs low cost qui ont démontré, chacun dans leur catégorie, qu’on pouvait offrir des produits et services de qualité tout en supprimant le « superflu inutile et coûteux ». Au fond, être un lowcosteur c’est offrir « LA FONCTION SANS LES FIORITURES« . C’est permettre d’aller d’un point à un autre en Europe en toute sécurité et en payant le moins cher possible (EasyJet). C’est rouler en voiture individuelle neuve en payant le moins cher possible (Logan de RENAULT, Nano de TATA). C’est pouvoir acquérir l’intégrale des plus grandes oeuvres de la musique classique en CD en payant le moins cher possible (Abeille Musique). C’est aller se faire couper les cheveux et coiffer, sans rendez-vous, en payant le moins cher possible( TCHIP). C’est téléphoner avec son portable en réduisant significativement le montant de sa facture (Les MVNO / Debitel, Budget Telecom, Prixtel…), C’est permettre aux entreprises d’aller faire de la publicité télévision sur les grandes chaînes en payant le moins cher possible (TVLowCost). Etc. La liste des secteurs « lowcostisables » est infinie, chaque jour nous apprenons la création d’une nouvelle entité qui vient « casser les règles & casser les pieds » aux acteurs traditionnels high cost du secteur en question! Si nous sommes en train de changer d’image auprès du grand public et des journalistes, c’est qu’à titre individuel chacun de nous a pu constater que les offres low cost nous apportent la satisfaction attendue. Je dis toujours que les lowcosteurs permettent de « RESTITUER DU POUVOIR D’ACHAT, POUR FINANCER DU VOULOIR D’ACHAT ». Je vais économiser sur le vol Paris-Londres, ce qui va me permettre de dépenser plus pendant les soldes et de descendre dans un meilleur hôtel. Je vais louer une voiture dont le comptoir se trouve à quelques kilomètres de l’aéroport, ça me permettra de faire un bon restaurant pendant le week-end. Je vais économiser sur mes frais marketing en réduisant le montant de mon investissement télé, ça me permettra d’améliorer le résultat annuel de mon entreprise… Nous sommes rentrés dans une ère de plus en plus marquée par un CONSOMMATEUR ARBITRE : « je viens acheter un produit ou un service chez un lowcosteur, parce que j’estime que pour ce produit ou ce service  je n’ai pas besoin de payer plus cher, cela me permettra de financer mes envies de luxe. » Comment ne pas être frappé par l’envolée du low cost avec, en paralèlle, l’envolée du luxe ? Le consommateur vit parfaitement bien avec cette contradiction au point, en effet, d’avoir de plus en plus de CONSIDERATION pour les offres low cost qui lui permettent de meiux assumer ses envies et impulsions!

Eloge de « l’esprit CHALLENGER »! Se comporter en challenger peut conduire au leadership.

leave a comment »

AVIS a l'esprit challenger

Intéressante réflexion partagée récemment avec l’un des clients de TVLowCost, “archi-leader” de son marché : ne jamais perdre son esprit challenger, ce qu’il appelle la “challenger attitude”!
C’est, au fond, ce que disait brillamment la célébrissime campagne de pub historique de AVIS qui lui a permis de devenir le géant mondial que l’on sait : “We try harder”…
Ne jamais oublier qu’il faut chaque jour en “faire plus” que ses concurrents pour continuer à grimper et gagner des parts de marché et fidéliser ses clients.
Rien n’est jamais acquis :
Si on garde l’esprit “challenger”, on va éviter de s’endormir sur ses lauriers!
Si on garde l’esprit “challenger”, on va innover sans cesse, pour donner à ses clients de nouvelles raisons de vous choisir
Si on garde l’esprit “challenger”, la culture de l’entreprise va être riche, fertile, encouragera l’initiative individuelle
Si on garde l’esprit “challenger”, l’attractivité vers l’extérieur va être plus forte, envers les journalistes, envers les candidats, envers les prospects…
Bref, la “challenger attitude” est porteuse d’un dynamisme formidable qui va, effectivement, conduire inexorablement l’entreprise vers le « LEADERSHIP ». Comme AVIS l’a si bien démontré!

AVIS A LA CHALLENGER ATTITUDE

« On dirait que vous êtes un annonceur et vous avez rendez-vous avec votre agence de publicité traditionnelle High Cost »…

leave a comment »

 ferrari

A quoi ça sert de posséder une « Ferrari », si vous n’avez pas les moyens de « la faire tourner sur le circuit » ?

Après des semaines douloureuses d’allers et retours incessants sur la création de votre pub télé, vous vous êtes, enfin, mis d’accord avec les créatifs de votre agence, ils ont fait un pas (oh un tout petit…et souvent en rechignant) dans votre direction et vous, plusieurs vers eux (parce que tout de même, il faut bien que cette publicité sorte !).
Votre campagne est prête à être tournée. Le grand moment arrive, vous allez lancer la production de votre film télévision…
Ce volet de la collaboration qui s’ouvre avec votre agence va être particulièrement important pour la réussite de la campagne, c’est là où il ne faut pas « se rater » ! Vous risquez, aussi, de découvrir l’importance de la théâtralisation que certaines agences organisent, à dessein, autour de cette étape de travail. Allez « hop », embarquons dans un voyage imaginaire, comme disent les enfants :
« On dirait que vous êtes un annonceur et vous avez rendez-vous avec votre agence de publicité traditionnelle High Cost »…Vous allez, tout d’abord, découvrir qu’il n’y a qu’un seul réalisateur (généralement anglais, américain ou japonais) qui peut exprimer avec justesse et talent votre script publicitaire. Le fait que ce réalisateur ait été couronné récemment au Festival de Cannes par un ou deux Lions d’Or n’a évidemment rien à voir avec le fait qu’on ait pensé à lui, ce n’est que le fruit du hasard.
D’ailleurs, en visionnant sa « bande » vous pourrez juger vous-mêmes du talent qu’il a (« certes, certes, mais il coûte combien ??? »).
Ah bien sûr, comme il a un talent immense, une vraie vision novatrice du métier, des idées très modernes et différentes sur la façon de tourner (ce qui vous garantit une « émergence » forte de votre film dans les écrans de pub), qu’il s’entoure d’une équipe de fidèles assistants internationaux qu’il exige d’avoir avec lui, il est « en exclu » avec une boîte de production. (« Euh, ça veut dire quoi ? » demandez-vous ?)
Oh, peu de choses, il est légèrement plus cher que le budget évoqué, mais il a une « telle puissance dans le traité des images et une si bonne direction d’acteurs » que ce serait vraiment dommage de ne pas le choisir. Et puis il est sous contrat exclusif avec l’une des plus grandes maisons de production de spots de publicité de Paris, ce qui est, là aussi, une garantie absolue de résultat exceptionnel. D’ailleurs, là aussi, regardons ensemble quelques uns des chefs d’œuvre publicitaires tournés par cette boîte de prod…(« oui, c’est vrai, je reconnais que ces spots sont fameux, mais… »)
Quant au tournage, il a eu une idée géniale, vraiment sympa, c’est de tourner le scénario en Uruguay où on est certains d’avoir toute l’année du soleil. Parce que, trouver du soleil garanti en octobre, c’est pas évident, hein ? (« oui, mais, d’un autre côté, on a vraiment besoin de tourner si loin ? La scène se passe toujours dans le jardin d’un pavillon familial avec papa, maman et leurs deux enfants, à table, non ? »)
Ah, oui, là aussi, il a vraiment « enrichi le board » en proposant que cette scène vraiment trop banale, se situe dans une réserve naturelle pour mieux exprimer la « puissance de la naturalité » de votre produit.
En outre, vous rétorque l’agence, l’ Uruguay est réputée pour la qualité de ses équipes de production de films et puis … « ça ne coûte pas plus cher de tourner là bas qu’ici » !
« Ah, bon, et le voyage pour y aller ??? »
Vous savez, ce réalisateur a une vraie maîtrise du 35 mm qu’il utilise avec une Steadycam et on vous garantit que ça se verra vraiment dans le « rendu » de l’image !
« Quoi ? on tourne en 35mm, mais c’est beaucoup plus cher que la vidéo, ça, non ? »
M’enfin, vous ne pouvez pas comparer le piqué du grain du 35 mm avec l’image numérique, et la LUMIERE, menfin, la LUMIERE, voyons…
Pour le reste du dialogue, nous n’avons plus d’enregistrement, lorsque l’agence vous a présenté le devis de production, soudain votre vue s’est brouillée et vous avez perdu conscience…

Toute ressemblance de cette scène avec des personnages ayant existé est évidemment purement fortuite et le fruit du hasard.

Juste une information au passage : sur les quelques 700 spots tournés en 2007 par les maisons de production françaises, plus de 100 l’ont été en Afrique du Sud, Argentine etc. Soyons justes, pour quelques unes de ces campagnes, la présence du soleil était impérative…(Dernière nouvelle, en ce moment, la dernière destination « à la mode » dans les agences de pub parisiennes, c’est l’Uruguay, c’est … pas cher du tout, il paraît… et surtout, les pubeurs ne connaissent pas ce très beau pays!)
La majorité des spots tournés par les maisons de production françaises, l’ont été en format 35 mm (vous savez, le format des caméras « oreilles de Mickey », avec lesquelles on tourne encore les films de long métrage, parce que ces films sont diffusés en salles de cinéma et nécessitent un « piqué » important de l’image.
Il est intéressant, à ce stade, de faire une petite précision : en diffusion TV aucun consommateur n’est capable de faire la différence entre un film bien tourné en vidéo numérique (haute définition) et un film bien tourné en 35 mm… La seule différence, (oh, une paille), est que la note va être augmentée de 50 000 euros en moyenne, pour strictement le même scénario (et un rendu franchement très proche). Car l’équipement coûte cher à louer, la pellicule 35mm est hors de prix, il faut ensuite la transcoder en vidéo pour effectuer le montage qui se fait en numérique, il faut des chefs opérateurs et assistants spécialistes du 35mm, des éclairages beaucoup plus puissants qu’avec la vidéo, des groupes électrogènes plus importants, etc.
Ici, encore, on peut se demander pour quelle raison, vraiment objective, les créatifs d’agence de pub traditionnelles veulent utiliser encore systématiquement ce format qui coûte tellement plus cher à leurs clients ? Les progrès réalisés par la capture d’image numérique sont chaque jour plus impressionnants. D’ailleurs, le film de Jean-Jacques Annaud, « 2 frères », a entièrement été tourné en vidéo numérique haute définition pour que ces petites caméras puissent approcher au maximum des tigres sans danger pour les opérateurs. Son film a été diffusé sur les plus grands écrans de cinéma de la planète (au Grand REX à Paris), sans que personne ne se dise « Oh là, il y a un problème de piqué et trop de grain sur l’image… »
Au final, c’est comme ça qu’on arrive à des budgets de production de spots qui s’envolent : en 2007, le coût moyen d’un spot de pub tourné en France a été de 250 000 €.
Il se chuchote que la vraie raison est la suivante : comme l’obsession collective des agences traditionnelles High Cost est de gagner des récompenses créatives aux multiples jurys des Médailles en Chocolat (CANNES, MERIBEL, STRATEGIES…), et que les jurys créatifs visionnent les films candidats dans des grandes salles de cinéma (LE PALAIS DES FESTIVALS DE CANNES), il faut des films en 35 mm pour être certain que le “grain” du spot soit idéal pour être projeté sur grand écran… Ohhhhh, je ne peux pas croire une chose pareille, non, vraiment…
Alors, tout ça n’est pas bien grave (quoique) si vous êtes une grande marque internationale et que vos spots sont diffusés, et donc amortis, sur plusieurs pays. Quand L’Oréal, Levi’s, Microsoft, Procter & Gamble et autres Coca-Cola ou Nestlé tournent un spot pour le monde entier, le poids de la réalisation dans l’achat d’espace est souvent très modeste. Mais tout le monde n’appartient pas à ce « Club des ténors mondiaux », tout le monde n’est pas présent en prime time de janvier à décembre sur les plus grandes chaînes de chaque pays avec des budgets médias de plusieurs dizaines de millions d’euros…
Rappelons que le budget média moyen investi sur un produit en TV a été de 1 111,6 K€ (source SNPTV). Quand le film tout seul coûte déjà 250 ou 300 000€ et que l’achat d’espace pour le diffuser est de quelques centaines de milliers d’euros, on se dit qu’il y a quelque chose qui « ne tourne pas rond » dans ce système.
Dans la bataille économique pour conquérir l’attention des consommateurs, il est essentiel de maximiser les occasions de contact avec la cible à laquelle on s’adresse pour avoir une chance de lui faire penser à vous, alors, pour faire une analogie sportive :

A quoi ça sert de posséder une Ferrari, si vous n’avez pas les moyens de la faire tourner sur le circuit ?

%d blogueurs aiment cette page :